17 Avenue de Tourville 75007 Paris 01 47 12 67 74
Contact RDV en ligne

Hallux valgus

La chirurgie mini-invasive

Correction chirurgicale des déformations

Le principe ne se limite pas à « raboter » la bosse (conséquence de la déformation), mais à s’attaquer à la cause. Désormais, on a abandonné toutes les interventions agissant uniquement sur les parties molles (tendons, articulations). Il faudra réaligner le gros orteil pour permettre le chaussage, et réharmoniser l’arche plantaire, afin que lors du déroulé du pas, l’avant-pied utilise l’ensemble de la surface plantaire pour se propulser en avant.

L’incision se situe sur le bord interne du pied. Nous allons d’abord libérer les parties molles et l’articulation en sectionnant les attaches latérales, et réaliser une exostosectomie (rabotage de la bosse).

Puis nous allons ramener le premier métatarsien en position parallèle au second. Pour cela , il faudra le redresser. Ceci se réalise grâce à une ostéotomie (ou coupe osseuse) de translation de type SCARF. Le premier métatarsien est clivé ou fendu en 2 parties, de manière à le faire glisser vers le 2ème métatarsien. Les 2 fragments osseux seront fixés par emboitement (sans matériel métallique).

En cas de persistance d’une déformation on peut compléter par un geste sur la 1ère phalange.

En fin d’intervention, on prendra en charge des griffes d’orteils associées, ou on raccourcira les métatarsiens latéraux, si l’intervention occasionnait un déséquilibre de l’arche plantaire.

Le pied sera moins large d’un centimètre, et la pointure restera inchangée

La cicatrice : vous aurez une seule cicatrice (qui deviendra très fine au bout de quelques mois ), le long du bord interne du pied. Elle sera d’environ 35 à 40 mm à terme.

Il s’agit d’une chirurgie mini-invasive . Elle répond à la fois à un souci esthétique, à une simplification des suites opératoires et à une réduction du délai de récupération fonctionnelle.

Complications liées à l’acte chirurgical

Phlébite et Embolie Pulmonaire (caillot dans les veines pouvant migrer dans la circulation pulmonaire). Normalement vous marcherez dès le soir de l’intervention, avec un risque faible. En cas d’antécédents ou de facteurs de risque, un traitement anticoagulant pourra vous être prescrit, en fonction du terrain.

Raideur. Contre cela nous préconisons une auto-rééducation expliquée dans le chapitre «soins en post-opératoire», ce qui permet de réaliser la rééducation plusieurs fois par jour, et tous les jours. Si à 45 jours vous manquiez de mobilité, des séances de kinésithérapie vous seront prescrites.

Récidive. La récidive ne survient que si l’angle entre le premier et le deuxième métatarsien n’est pas suffisamment réduit. Il faut néanmoins éviter les conduites à risque comme la pratique de danse classique avec réalisation de pointes, l’escalade. De même, on déconseille le port systématique de talons trop haut , trop longtemps et trop souvent.

Hallux Varus. Il s’agit d’un excès de correction, le gros orteil partant à l’inverse trop vers l’intérieur. Cela engendre une gêne invalidante au chaussage.

Infection. A la clinique du pied, on privilégie des techniques sans matériel. Il n’y a donc pas de corps étranger métallique, ce qui réduit ainsi le risque infectieux.

Retard de cicatrisation, et hématome du site opératoire.

Retard de consolidation. Dans ce cas on maintient la chaussure à appui talonnier plus longtemps.

Algoneurodystrophie. Complication redoutable à type de violente douleur liée à des problèmes vasculaires. Elle dure de 12 à 18 mois, et survient sans raison identifiable. Le risque diminuera avec l’administration de Vitamine C pendant un mois. Si elle arrive, après confirmation par scintigraphie, elle impose de consulter un Centre Anti-Douleur.

Oedème (gonflement de la zone opérée). Il peut durer entre deux et trois mois. Ceci est inévitable quelque soit la technique chirurgicale choisie, ceci est logique et habituel. Ce n’est pas à a proprement parler une complication. Il dépendra de votre application à surélever le pied et à le glacer afin de le prévenir au maximum.

Risques exceptionnels: Nécrose de l’orteil, Démontage du redressement du  métatarsien, Perte de sensibilté